ACTU SES

Le site de ressources
pour préparer vos élèves au bac en suivant l'actualité

Accueil > Travailler avec l’actu > Recherche Kevin à Polytechnique



Recherche Kevin à Polytechnique


Terminale   Corrélation et causalité  

Source : Maryline Baumard, Le Monde, 9 octobre 2013

 

Et si on regardait de plus près les prénoms des 398 reçus français au concours 2013 de Polytechnique ? Une plongée rafraîchissante dans "l’ouverture sociale" tant promise des grandes écoles...

 

« Et si on regardait de plus près les prénoms des 398 reçus français au concours 2013 de Polytechnique ? Une plongée rafraîchissante dans "l’ouverture sociale" tant promise des grandes écoles...
Dans la longue liste, l’œil cherche longtemps, désespère un peu, avant de s’arrêter sur un Ibrahim, un Omar, un Rami et un Ronh-Haï... Sur quatre centaines de reçus en liste principale, ils sont les seuls représentants visibles des vagues d’immigrations qu’a connues le pays... même en ajoutant une Mounira qui s’est glissée côté filles, le compte n’y est pas vraiment pour les prénoms qui rappellent que la France est une terre d’accueil. Même si certaines familles venues d’ailleurs ont opté pour des prénoms français.
Peut-être aura-t-on plus de chance côté prénoms populaires... En 1993, le prénom de garçon le plus donné en France est Kevin. Or les Kevin sont quatre à intégrer l’Ecole.
Quatre jeunes hommes qui font mentir la sociologie qui veut que les consonances anglo-saxonnes soient l’apanage des milieux populaires, ou le déterminisme social qui veut, lui, que les enfants d’ouvriers entrent peu dans les plus prestigieuses écoles de la nation. Tous quatre sont la preuve vivante que les statistiques mentent. Mais c’est un tout petit mensonge, car ils ne sont pas bien nombreux, les Kevin ! […]

En effet, si 3,3 % des garçons ont été baptisés Kevin en 1993 ; 17 % d’entre eux ont ensuite passé un bac général ou technologique et quatre sont à l’X.
Si l’on s’intéresse maintenant à Antoine, prénom le plus représenté dans la promotion 2013 avec une vingtaine d’occurrences, ce n’est que le 14e prénom le plus donné dans le pays cette année-là... Antoine figure alors sur 1,4 % des actes de naissance des garçons, et parmi eux, 37 % décrochent un bac en 2011 (dont 450 avec une mention bien ou très bien, contre deux fois moins de Kevin, selon les travaux du sociologue Baptiste Coulmont). Déjà les Antoine ont l’avantage !
L’Antoine serait-il bourgeois ? En tout cas, il est classé dans les prénoms les plus donnés par l’irremplaçable carnet du quotidien Le Figaro en 1993. Mieux, les 20 prénoms les plus fréquemment choisis par la frange de population qui se doit d’annoncer une naissance dans le journal conservateur, incluent 13 des 16 prénoms les plus représentés à Polytechnique à cette rentrée. Seul l’ordre diffère.
Au Figaro : Alexandre, Antoine, Louis forment le trio de tête. A l’X, c’est Antoine, Alexandre, Paul et Thomas... "Pour les garçons, je suis frappé par des prénoms en majorité extrêmement "classiques", a priori apanage des catégories supérieures dans la liste des lauréats", observe Cyril Grange, sociologue qui s’est intéressé aux prénoms du bottin mondain.
Les X-2013 s’appelleront donc par ordre décroissant : Antoine, Alexandre, Paul, Thomas, Pierre, Nicolas, Guillaume, Vincent, Adrien, Hugo... A côté d’eux, huit Charles vont cette année côtoyer trois Côme, un Vianney, un Georges-Edouard ou un Vivek. […]

Difficile de s’arrêter longuement sur les jeunes femmes qui représentent une autre minorité dans l’école. La promo 2013 en compte seulement 54, soit 13,56 % des effectifs. Mathilde et Louise arrivent en tête avec trois occurrences chacune. Mathilde est bien placée dans les carnets 1993 du Figaro, où Louise en revanche ne trouve pas place dans les vingt premières. […]

"Les parents s’octroient toujours plus de liberté lors du choix des prénoms féminins, même au sein des familles bourgeoises. On trouve des Maeline, Coline, Livia et Faustine parmi les reçues. En revanche il y a une absence de prénoms anglo-saxons chez les filles qui oblige à se demander si l’ouverture sociale de l’X serait plus restreinte chez elles que chez les garçons", s’interroge M. Grange. La question reste ouverte.

Cet article ne plaide pas pour qu’on brade le bicorne. Polytechnique rêve sûrement d’intégrer plus de boursiers, mais évidemment le concours, c’est le concours. Les 7,3 % que la prestigieuse maison intégrait en 2007 sont montés à 13,6 % cette année, mais pour aller plus loin, c’est au système scolaire en amont d’assurer sa mission de promotion sociale. Si on n’y parvient pas, l’efficience intellectuelle de nos futurs polytechniciens risque de finir par baisser pour cause de consanguinité. »
http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/10/09/recherche-kevin-a-polytechnique_3492443_3234.html