ACTU SES

Le site de ressources
pour préparer vos élèves au bac en suivant l'actualité

Accueil > Travailler avec l’actu > Education : l’orientation accentue les inégalités sociales



Education : l’orientation accentue les inégalités sociales


Terminale   Mobilité sociale  

Source : Centre d’observation de la société, 13 janvier 2014

 

A résultats scolaires équivalents, les vœux d’orientation des familles à l’issue de la classe de troisième varient fortement selon le milieu social. Comment l’expliquer ? Quel rôle jouent les inégalités sociales dans les parcours scolaires ?
Article repris du site du Centre d’observation de la société : http://www.observationsociete.fr/education-l%E2%80%99orientation-accentue-les-in%C3%A9galit%C3%A9s-sociales

 

« A résultats scolaires et autres caractéristiques sociales donnés, les enfants d’agriculteurs, d’employés et d’ouvriers choisissent moins souvent d’être orientés en seconde générale et technologique, sans que cette moindre ambition ne soit corrigée par les décisions du conseil de classe ». Alors que l’étude Pisa menée par l’OCDE a fait grand bruit, la note d’information du ministère de l’éducation (voir Ministère de l’éducation, Note d’information n°13.24, novembre 2013) est passée presque inaperçue. Elle n’est pas de même ampleur, mais elle en dit long sur le système éducatif français, pour peu qu’on en décrypte les résultats.
Les auteurs étudient le passage en seconde, un moment crucial pour les élèves, puisqu’ aujourd’hui presque tous continuent jusqu’à ce niveau. Ils notent que les vœux des familles en fin de troisième dépendent fortement de leur milieu social. 90 % des enfants de cadres supérieurs demandent une seconde générale ou technologique, contre moins de la moitié des enfants d’ouvriers non-qualifiés et d’employés de services aux particuliers. Ce phénomène persiste à niveau scolaire équivalent [Voir graphique dans la fiche d’exploitation pédagogique].
Or 95 % des vœux des familles sont aujourd’hui satisfaits. Et plus on laisse les familles choisir, plus on reproduit les inégalités sociales... Or, comme le remarque de façon très critique l’étude du ministère : « le conseil de classe n’intervient pas pour corriger à la hausse les vœux d’orientation des élèves d’origine populaire dont le niveau permettrait d’accéder à un cursus plus ouvert. Le conseil de classe tranche davantage sur l’adéquation entre le choix de la famille et les capacités de l’élève qu’il ne recherche l’orientation la plus adaptée aux performances scolaires ». […]
On tient là l’une des explications essentielle de l’impact des inégalités sociales dans les résultats des élèves. Une partie des inégalités est en effet liée à des éléments objectifs, parfois matériels : le logement, le diplôme des parents, les pratiques de loisir et de sociabilité, etc. Une autre partie résulte d’éléments subjectifs : un ensemble de mécanismes sociaux font qu’on se sent plus ou moins légitime à s’orienter dans telle ou telle filière, à niveau équivalent.
Pour partie, les familles anticipent des difficultés qui sont effectivement plus grandes pour les milieux sociaux modestes au lycée, même à niveau équivalent au collège, compte tenu de l’académisme des programmes. Elles ont alors raison d’en rabattre. Mais pour partie aussi, elles se forgent des barrières symboliques qui n’ont pas lieu d’être, et contribuent d’elles-mêmes à la reproduction sociale. Le système d’orientation ne corrige pas le tir. Autant il est intéressant de constater que de nombreux discours publics conduisent les filles à sortir des filières qui leur sont prédestinées, autant le système éducatif est muet pour ce qui est des milieux sociaux.